Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Insurrection populaire de 2014 : Trois ans après, Bobo-Dioulasso porte (...)

Insurrection populaire de 2014 : Trois ans après, Bobo-Dioulasso porte toujours les stigmates

mardi 31 octobre 2017

31 octobre 2014 - 31octobre 2017, voilà déjà trois ans que le Burkina Faso a connu sa deuxième insurrection populaire marquant la fin du régime déchut. Trois ans après, Bobo porte toujours les marques de cette insurrection. En effet, cette émeute a engendré d’énormes pertes matérielles, privées ou publiques. Des maisons des hommes politiques incendiées et saccagées, des commerçants qui ont été pillé. A cela s’ajoutent la mairie centrale ainsi que le palais de la justice ont connu la colère des insurgés de octobre 2014.

Insurrection populaire de 2014 : Trois ans après, Bobo-Dioulasso porte toujours les stigmates

Les 30 et 31 octobre 2014, la population de Sya est sortie nombreuse dans les rues, pour dire non au régime de l’ancien président du Burkina Faso, Blaise Compaoré. En effet, les bobolais non pas manqué de manifester leur ras-le-bol et leur colère à travers plusieurs marches meeting. Trois ans après, Bobo-Dioulasso porte toujours les marques de cette insurrection populaire qui a engendré d’énormes pertes matérielles, privées ou publiques.

Des maisons des hommes politiques ont été incendiées et saccagées, des commerçants pillés. A cela s’ajoutent l’hôtel de ville ainsi que le palais de la justice ont connu également la colère des insurgés de octobre 2014. Aussi, des panneaux de signalisation et des lampadaires sur les voies publiques ont été cassés.

Aujourd’hui, la mairie centrale qui faisait la fierté et la beauté de la ville de Sya n’est plus qu’un dépotoir pour certains et un lieu de refuge pour les sans-abris. Construite en 1990, selon des sources, cette bâtisse en plein centre ville a perdu son image d’antan. La cours qui ressemble à une décharge d’ordure. Tous les bâtiments sont restés sans portes ni de fenêtres et dans la cour, rien que quelques objets sans valeurs qu’on y retrouve. Tout a été saccagé et incendié les 30 et 31 octobre dernier par les manifestants.

Autre édifice public qui a connu la furie des manifestants, le palais de la justice de Bobo-Dioulasso. A l’instar de la mairie centrale, le palais de la justice n’a pas été épargné. Les bâtiments et les véhicules ont été consumés par le feu des manifestants. Aujourd’hui, ces lieux restent désormais abandonnés et après trois années les souvenirs demeurent.

JPEG - 75 ko
Le palais de la justice

A l’entrée de ces bâtisses, se sont des déchets qui vous accueillent un peu partout, des odeurs fétides à couper le souffle. D’autres personnes qui viennent se soulager sur les lieux, en transformant ainsi ces édifices de toilettes publics.

En attendant la réfection et la réhabilitation de ces lieux, la mairie et le palais demeurent des poubelles pour certains bobolais. En effet, dans le plan de développement de la nouvelle équipe communale, une série d’expertises a été entreprises rentrant dans le cadre de la réhabilitation de l’hôtel de ville qui faisait la beauté de cette cité. Cependant, les bobolais qui semblent regretter leur « acte d’incivisme » n’ont qu’un seul souhait, celui de voir la réhabilitation de ce bâtiment.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Poussière, Humididté : 36%
Max : °C
Min : °C

26°C
Poussière
Mardi
Inconnu
20|26°C
Mercredi
Soleil et nuages épars
21|33°C
Jeudi
Soleil voilé
21|35°C
Vendredi
Soleil et nuages épars
20|34°C
Samedi
Soleil
19|35°C
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter