Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Employabilité des jeunes au Burkina Faso : Save The Children offre des kits (...)

Employabilité des jeunes au Burkina Faso : Save The Children offre des kits à 30 jeunes bénéficiaires du projet PRAEJEM à Bobo-Dioulasso

jeudi 29 mars 2018

L’ONG Save The Children, en collaboration avec l’association Tié, a procédé ce jeudi 29 mars 2018, à la remise de kits à 30 jeunes bénéficiaires du Projet Régional d’Appui aux Enfants et Jeunes travailleurs Migrants (PRAEJEM) à Bobo-Dioulasso. Ce programme est financé par l’Union Européenne et vise à faciliter l’insertion professionnelle des jeunes dans notre pays.

Employabilité des jeunes au Burkina Faso : Save The Children offre des kits à 30 jeunes bénéficiaires du projet PRAEJEM à Bobo-Dioulasso

La cérémonie de remise de kits d’apprentissage à ces enfants et jeunes, s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Projet Régional d’Appui aux Enfants et Jeunes travailleurs Migrants (PRAEJEM). Un projet financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par l’ONG Save the children et ses partenaires tels que l’association Tié au Burkina Faso.

A l’entame de cette cérémonie, le chef du projet PRAEJEM à Save The Children à Bobo-Dioulasso, Aboubacar Son, a une fois de plus rappelé l’objectif du projet qui selon lui vise à promouvoir la cohésion sociale et le renforcement des moyens de subsistance des enfants et jeunes travailleurs migrants par la mise en place de mécanismes de coordination nationaux et transnationaux. Il a indiqué que ce programme permet de faciliter l’insertion professionnelle de ces jeunes dans notre pays et de leur permettre d’avoir des capacités afin qu’ils puissent dans leur localité, apporter de la richesse à travers leur formation.

Au total, 30 jeunes issus de différents secteurs d’activités (tels que la couture, la mécanique moto ou auto, la coiffure dame, l’électricité bâtiment, le froid climatisation) ont été les heureux bénéficiaires. Par ailleurs, le chef du projet PRAEJEM, Aboubacar Son, a indiqué que la distribution des kits à ces enfants et jeunes travailleurs migrants ou au risque de migration, a commencé à Banfora avant de gagner Niangoloko, Orodara et Koloko. Aujourd’hui c’est le tour des jeunes de Bobo-Dioulasso de bénéficier de ces kits.

« Nous avons sélectionné parmi 505 enfants et jeunes placés en apprentissage et en formation professionnelle. Seulement 105 ont été retenus au niveau du Burkina Faso et qui bénéficient aujourd’hui des kits d’installation que nous avons acquis pour pouvoir les aider », a expliqué monsieur Son Aboubacar.

Cependant, il a souligné que des mécanismes sont mis en place afin de suivre ces jeunes sur le terrain. Ils seront notamment accompagnés pour bénéficier des microcrédits au niveau des institutions de micro-finance pour une meilleure insertion professionnelle. Il a aussi invité ces jeunes à une meilleure utilisation de ces kits et surtout à mettre du sérieux et beaucoup plus d’ardeur dans ce qu’ils font.

« Il faut que ces jeunes mettent en œuvre la formation en entreprenariat qu’ils ont reçue. S’ils mettent en pratique les connaissances acquises pendant la formation, ils vont s’en sortir et ils feront la différence au Burkina Faso », a laissé entendre le chef du projet. C’est pourquoi, il les invite également à aimer le travail qu’ils font.

Cette activité a été rendue possible grâce à l’appui technique et financier du partenaire Union Européenne. C’est pourquoi, le chef de projet a tenu à exprimer toute sa reconnaissance à cette structure ainsi qu’à l’ensemble des partenaires qui les accompagnent pour la mise en œuvre de ce programme au Burkina Faso.

Les bénéficiaires quant à eux n’ont que des mots de remerciement à l’endroit de leur bienfaiteur. « Nous sommes vraiment contents ce matin d’avoir reçu ces kits qui vont beaucoup nous aider pour notre insertion professionnelle. Cela va aussi nous aider à mieux travailler et encourager les autres à faire comme nous », a dit Sanou Adjara, une bénéficiaire qui évolue dans l’électricité bâtiment, un métier autrefois considéré comme un « métier d’homme ».

« Cela fait trois ans maintenant que je fais ce métier et je n’ai jamais eu de problème. C’est vraiment un métier passionnant. J’invite cependant mes sœurs à s’intéresser à l’électricité bâtiment », a lancé Sanou Adjara à ses sœurs.

Koncobo Salif, un autre bénéficiaire, embouchant la même trompette, se réjouit pour avoir reçu ces kits. Ce dernier remercie Save the children et ses partenaires pour cet appui, et promet de se mettre au travail pour ne pas décevoir les donateurs.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter