Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Bobo-Dioulasso : Une coalition d’OSC veut œuvrer à prévenir les « bavures (...)

Bobo-Dioulasso : Une coalition d’OSC veut œuvrer à prévenir les « bavures policières »

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini

jeudi 6 septembre 2018

Une coalition d’Organisations de la société civile (OSC) a tenu, ce jeudi 6 septembre 2018 à Bobo-Dioulasso, une conférence de presse sur ce qu’elle qualifie de « bavures policières ». Occasion également d’inviter la population à plus de civisme pour que règne la paix au Burkina Faso. Cette coalition est composée de l’Association culture et lutte contre la pauvreté chez les jeunes (ACLPJ), la Ligue des jeunes du Burkina (LJB), des Alliés de la nouvelle génération du Burkina (Ange du Burkina) et du Collectif des associations du grand marché de Bobo-Dioulasso.

Bobo-Dioulasso : Une coalition d’OSC veut œuvrer à prévenir les « bavures policières »

À l’entame de cette rencontre, les conférenciers ont rendu hommage aux éléments des Forces de défense et de sécurité (FDS) et souhaité que ceux qui sont tombés sur le champ de bataille reposent en paix.

Pour le porte-parole de la coalition, Moussa Traoré, par ailleurs président de l’Association culture et lutte contre la pauvreté chez les jeunes (ACLPJ), la situation est marquée ces derniers temps à Bobo-Dioulasso par une succession de faits préoccupants. Ces faits, selon lui, mettent en cause les principes essentiels des droits humains et peuvent être dangereux pour la paix sociale et la tranquillité publique. « La situation sécuritaire s’est dégradée depuis un certain temps suite aux multiples attaques que subissent le pays dans plusieurs zones et de façon simultanée. Ces attaques ont fait plusieurs morts civils mais surtout plusieurs victimes parmi les FDS avec des morts et des blessés », a-t-il déploré.

JPEG - 74.8 ko
Moussa Traoré_Porte-parole de la coalition

À l’en croire, ce sont ces attaques qui ont créé une méfiance généralisée au niveau des FDS qui sont désormais sur le qui-vive et sont très rigoureuses dans la répression des actes d’incivisme, comme les refus d’obtempérer face aux contrôles policiers. « Au vu de la situation sécuritaire actuelle du pays, cette rigueur peut être compréhensible et même appréciable, car les terroristes peuvent frapper partout et à tout moment », a laissé entendre Moussa Traoré.

Toutefois, il a souligné que ce niveau d’alerte élevé au niveau de nos FDS doit être géré avec dextérité et une certaine maîtrise, afin d’éviter au maximum les « bavures policières inacceptables et répétées ».

En effet, en moins d’un mois, la ville de Bobo-Dioulasso a connu deux cas de « bavures » qui ont occasionné des blessés, notamment trois femmes.
Pour mémoire, le 15 août 2018, un agent de police, lors d’un contrôle sur un tricycle ciblé (selon la police), a arrêté le conducteur de tricycle qui a refusé d’obtempérer. L’agent a fait usage de son arme sur les roues pour l’obliger à s’arrêter, blessant malencontreusement l’une de ses passagères à la jambe.

Encore dans la soirée du dimanche 2 septembre dernier, toujours à Bobo-Dioulasso, au secteur 21, suite à une altercation entre les policiers en contrôle et un cortège de mariage, un policier, voulant faire des tirs de sommation pour se soustraire d’un attroupement, a blessé deux autres femmes. Cette « nouvelle bavure » a suscité l’indignation et la colère des populations du secteur 21, qui se sont regroupées dans la même soirée et ont pris d’assaut le commissariat de l’arrondissement de Konsa, avec pour intention de le saccager et d’y mettre le feu. La police a usé de gaz lacrymogène pour les repousser.

Selon Moussa Traoré, il a fallu la médiation de certaines organisations de la société civile pour faire baisser la tension.

Aujourd’hui, même si les vies de ces blessées ne sont pas en danger, les membres de la coalition ont estimé qu’il est important pour eux, d’attirer l’attention des forces de défense et de sécurité que face aux populations civiles, leur réaction doit être proportionnelle à la résistance opposée (moyens conventionnels). Il faut noter que cette rencontre a connu la présence des familles de certaines victimes qui ont affirmé que leurs vies (celles des victimes) ne sont pas en danger et qu’elles ont été prises en charge entièrement par la Direction de la police.

Pour les membres de la coalition, s’il est inconcevable et inacceptable que dans un État de droit comme le nôtre, on prenne la mauvaise habitude de tirer à balles réelles sur des populations, il est aussi inadmissible de voir des populations refuser de se soumettre aux injonctions des policiers en ces temps d’insécurité caractérisés par des attaques terroristes.

Ces incidents regrettables sont, selon le porte-parole, Moussa Traoré, les conséquences de l’incivisme d’une franche de la population. C’est pourquoi ils interpellent la population à plus de civisme, à respecter les consignes de sécurité et à obéir aux injonctions des forces de défense et de sécurité. Aussi, ils condamnent avec la dernière énergie toute forme d’incivisme au Burkina Faso.

Par ailleurs, les conférenciers ont laissé entendre qu’une campagne de sensibilisation des populations au civisme sera initiée dans les prochains jours.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter