Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Centre agricole polyvalent de Matourkou : 448 techniciens d’agriculture mis (...)

Centre agricole polyvalent de Matourkou : 448 techniciens d’agriculture mis à la disposition de la nation

LEFASO.NET | Par Romuald Dofini

lundi 2 décembre 2019

Le ministre de l’Agriculture et des aménagements hydro-agricoles, Salifou Ouédraogo, a présidé dans l’après-midi du vendredi 29 novembre 2019, la cérémonie de sortie de promotions du Centre agricole polyvalent (CAP) de Matourkou, à une quinzaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. Cette promotion de 2019, qui a pris pour nom de baptême « Paix et sécurité alimentaire », est composée de 448 techniciens d’agriculture.

Centre agricole polyvalent de Matourkou : 448 techniciens d’agriculture mis à la disposition de la nation

Cette cérémonie de sortie de promotions consacre la fin d’un parcours et le début d’une nouvelle vie professionnelle. C’est le couronnement, selon les lauréats, de tant d’efforts consentis à une formation de haute qualité qui exige rigueur, assiduité, sérénité, compétence, engagement, sacrifice, surpassement de soi et gestion rationnelle du temps partagé entre les responsabilités professionnelles, sociales et estudiantines.

« A travers cette cérémonie, nous magnifions les connaissances, les compétences et les capacités opérationnelles des 448 diplômés que le CAP Matourkou met à la disposition de la Nation, pour la bataille du développement du secteur agricole, en vue de la transformation structurelle de l’économie burkinabè », a dit le directeur général du Centre agricole polyvalent (CAP) de Matourkou, Dénis Ouédraogo.

JPEG - 86.6 ko
DG de CAP Matourkou, Dénis Ouédraogo

Le CAP de Matourkou met ainsi un ensemble de compétences variées au service de la nation, composées de 222 agents techniques d’agriculture, 163 techniciens supérieurs d’agriculture, 43 ingénieurs d’agriculture, neuf conseillers d’agriculture, cinq ingénieurs pédologues et cinq ingénieurs en vulgarisation agricole. A en croire, le directeur général Dénis Ouédraogo, près de la moitié des lauréats sont des auditeurs libres, ce qui traduit, selon lui, la volonté du centre d’offrir des possibilités à certains acteurs privés de disposer de compétences susceptibles de contribuer à l’émergence d’un entrepreneuriat agricole solide.

C’est pourquoi, il a indiqué que le choix du thème retenu pour cette cérémonie, « Investir dans les jeunes et les femmes, gage d’un développement durable de l’agriculture », n’est pas le fruit du hasard. « Ce thème vise à contribuer à la promotion et au développement de l’esprit entrepreneurial au sein des lauréats. Car certains d’entre eux attendent souvent et, même toujours, des postes dans la fonction publique. Nous les invitons instamment à saisir les différentes opportunités de financement pour investir dans l’agriculture car la terre ne ment jamais », a-t-il laissé entendre.

JPEG - 78.4 ko
La remise d’attestion aux majors de promotions

Pour faire valoir leurs compétences sur le terrain, il a invité les lauréats à l’abnégation au travail, et au travail bien fait, empreint d’une conscience professionnelle aiguë ; à cultiver les valeurs de discipline, d’honnêteté, d’intégrité, d’honneur et de dignité ; à toujours privilégier le dialogue et l’écoute auprès des producteurs, pour contribuer à combattre l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Par ailleurs, Dénis Ouédraogo a réitéré au ministre de l’Agriculture, la disponibilité du personnel du CAP de Matourkou et sa ferme volonté à œuvrer au rayonnement du CAP, avec pour ambition d’en faire une institution de formation professionnelle agricole de référence dans la sous-région.

Cette promotion s’est donné pour nom de baptême « Paix et sécurité alimentaire ». C’est une manière, selon le délégué de la promotion, d’affirmer leur engagement à accompagner le gouvernement burkinabè dans sa stratégie de promotion d’une agriculture durable et compétitive, pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

« Le Burkina Faso est confronté à de nombreuses contraintes comme le non-respect des bonnes pratiques agricoles et les aléas climatiques qui entravent sa productivité agricole et constituent une menace à la sécurité alimentaire. En plus de ces facteurs, depuis 2016 le pays fait face à des attaques récurrentes par des forces obscurantistes, faisant des déplacés internes qui abandonnent leurs champs, toute chose qui entrave la productivité agricole de notre pays. Dans un tel contexte, le technicien d’agriculture doit jouer un grand rôle pour faire face à ces fléaux, à travers des méthodes de vulgarisation adaptées », nous annoncé le délégué de la promotion.

JPEG - 81.6 ko
Les autorités présentes à la cérémonie de sortie de promotion

Il a par ailleurs exprimé la joie des lauréats d’appartenir au corps des métiers de l’agriculture. « Nous sommes tous engagés à servir avec honneur et patriotisme partout sur le territoire national et même au-delà, pour faire de Matourkou une expertise pour l’Afrique », s’est-il exprimé. Il a également saisi cette occasion pour évoquer quelques doléances pour l’efficacité des agents sur le terrain.

Il s’agit notamment du renforcement de la dotation des agents en moyens logistiques et de matériel de bureau, l’institutionnalisation des frais de fonctionnement pour tous les agents, l’emploi des élèves et étudiants du CAP en fonction de leur profil, la mise à la disposition du CAP de Matourkou, d’enseignants permanents pour faire face à la dépendance de l’établissement vis-à-vis des enseignants vacataires, la mise en place d’une bibliothèque numérique en ligne, la réouverture du réfectoire, l’équipement de l’école d’une connexion internet à haut débit et la reconnaissance des diplômes des ingénieurs par le CAMES.

JPEG - 84 ko
Salifou Ouédraogo, ministre en charge de l’agriculture

Le ministre en charge de l’Agriculture, pour sa part, a salué toutes les initiatives du gouvernement visant à faire du CAP une école de formation professionnelle agricole de référence dans la sous-région. Il a expliqué que pour son département, cette sortie de promotion survient à un moment où le ministère a engagé un certain nombre de réformes dont la mise en œuvre requiert la mise à disposition des services, d’un personnel qualifié et en nombre suffisant.

« Il faut reconnaître que le CAP de Matourkou est une école de référence au niveau de la sous-région. Depuis sa création, c’est plus de 8 000 techniciens qui ont été formés au sein de cette école et cette année, c’est 448 techniciens qu’elle met à la disposition de la nation. Pour nous, c’est une joie et une fierté, parce que nous voulons travailler dans le domaine agricole, parce que nous avons des ambitions au Burkina Faso », s’est réjoui le ministre Salifou Ouédraogo.

Il a par ailleurs salué les formateurs pour leur sens de dévouement et de sacrifices consentis. Aussi, il a invité les lauréats à se tenir prêts pour relever le défi de la sécurité alimentaire et pour le combat contre la pauvreté en milieu rural.
Cette promotion avait pour parrains Juliette Congo, conseillère spéciale à la présidence du Faso, et Li Jian, ambassadeur de la République populaire de Chine au Burkina Faso. Ces derniers n’ont pas manqué de prodiguer des conseils à leurs filleuls pour la réussite de leur carrière professionnelle.

JPEG - 72.1 ko
Inoussa Ouédraogo, président de l’UNPSB

Inoussa Ouédraogo est le président de l’Union nationale des sociétés coopératives des producteurs semenciers du Burkina (UNPSB), par ailleurs ancien élève du centre. Pour lui, c’est un sentiment de joie qui l’anime. « En tant qu’ancien du centre, je suis ému de voir qu’il y a eu une certaine évolution et cela démontre qu’il y a de l’engouement et que la jeunesse s’intéresse au domaine agricole », a-t-il laissé entendre.

Il a dit sa disponibilité à accompagner ces jeunes récipiendaires en appuis-conseils et techniques. « Pour cela, je les invite à avoir confiance en eux-mêmes par rapport à ce qu’ils veulent faire. Il faut qu’ils sachent que tout début n’est pas facile. C’est pourquoi, ils doivent chercher d’abord de l’expérience et essayer de s’installer ; pas forcement avec de gros moyens, parce que tout compte fait, ils traverseront des épreuves. Donc mieux vaut commencer un peu et apprendre, et après ça sera la satisfaction pour tout le pays », a-t-il conclu.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter