Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à (...)

Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à main armée

LEFASO.NET

vendredi 28 février 2020

La Direction régionale de la police nationale des Hauts-Bassins a organisé une conférence de presse ce jeudi 27 février 2020 à Bobo-Dioulasso. Cette rencontre avec les journalistes avait pour objectif de leur présenter des présumés délinquants spécialisés dans les vols à main armée et dans les vols avec effraction dans la ville de Sya et ses environnants.

Bobo-Dioulasso : La police met le grappin sur des spécialistes de vols à main armée

Devant la presse, le commissaire principal de police Karim Dao et ses hommes ont d’abord présenté un groupe spécialisé dans le braquage de stations d’essence et de boutiques Orange Money. Avec ses camarades, le cerveau de la bande, Z.W.H., âgé de 24 ans et étudiant en deuxième année de génie civil, a semé la terreur dans la ville de Bobo-Dioulasso, entre septembre 2019 et février 2020. Les investigations ont permis de mettre la main sur trois de ses complices que sont Z.G., 20 ans et élève en deuxième année d’électronique ; K.A., 24 ans et étudiant en première année de biologie ; et O.A.K., 26 ans et conducteur de profession.

Le deuxième à être présenté se nomme O.T. Il opérait seul. Selon le commissaire principal Karim Dao, il a été interpellé à la suite d’une dénonciation, le 17 février 2020. Il leur avait été signalé qu’un individu suspect en possession d’une arme à feu et d’un vélomoteur de marque Yamaha modèle KTM, sévissait dans la zone non-lotie du secteur 24 de la ville de Bobo-Dioulasso, sur les routes de Karangasso-Vigué, Diosso, Klesso, Soumousso et Baré, et dans la zone surnommée « Premier campement », sur la route nationale N°1.

Concernant le troisième, il opérait également seul. Sa cible était la salle de jeu « Ludic Lydia » sise au quartier Koko, qu’il a cambriolée à quatre reprises. Selon les conférenciers, c’est suite à une plainte enregistrée au poste de police le 19 janvier dernier pour le cambriolage d’une salle de jeu « Ludic Lydia », qu’une enquête a été ouverte en flagrance contre X.

Le mode opératoire des présumés délinquants

« Pour le premier réseau spécialisé dans les vols à main armée dont les cibles sont notamment les boutiques Orange Money et les stations d’essence, Z.W.H. a dérobé le pistolet automatique de son père et a pris attache avec ses amis pour leur proposer son plan machiavélique. Quatre d’entre eux ont adhéré à son projet. Ne disposant pas de suffisamment de munitions, il s’est servi du permis de port d’arme qui portait le nom du père ainsi que de la copie de la CNIB de ce dernier, pour convaincre les armuriers de lui vendre les munitions. Avec tous ces moyens à leur disposition, ils se sont lancés donc dans des opérations de braquage de jour comme de nuit », nous renseigne le commissaire Dao.

JPEG - 57.7 ko
Commissaire principale de police Karim Dao

Selon lui, leur mode opératoire consistait d’abord à repérer une cible dans la journée. Ils faisaient ensuite le guet pour attendre le moment où le gérant était seul pour passer à l’acte. Ils procédaient à une irruption suivie de tirs de sommation. « Leur préférence était les zones moins éclairées et moins fréquentées la nuit », précise-t-il. Avant de souligner qu’environ quatorze cas de braquages sont à leur actif, dont huit stations d’essence, quatre boutiques Orange Money, un restaurant et le domicile d’un particulier. « Au cours de ces opérations, deux personnes ont malheureusement été mortellement atteintes par balle. Il s’agit de Fatimata Sanou, gérante d’une station d’essence au secteur 24 de Bobo-Dioulasso, et de Lamoussa Gouetta, pompiste d’une station au secteur 10 », a déploré le commissaire. A l’en croire, une somme d’environ 5 305 925 F CFA, quatre téléphones portables et divers documents ont été emportés au cours de leurs différentes opérations.

Le deuxième individu, quant à lui, faisait le guet sur les axes et lorsqu’il apercevait un usager, il le poursuivait à moto. Une fois arrivé à son niveau, il lui pointait son arme factice, l’obligeant ainsi à s’arrêter. « Dès que celui-ci obtempère, il le dépouille de tous ses objets de valeur. Il a fait au total quatre victimes et ensuite il s’est aussi spécialisé dans des cas d’escroquerie », a laissé entendre le commissaire Karim Dao.
En effet, le nommé O.T. se faisait aussi passer pour infirmier en service à l’infirmerie du camp Ouezzin-Coulibaly. Ses cibles étaient généralement des filles à la recherche d’emploi à qui il promettait un emploi d’auxiliaire en pharmacie. Après les avoir mises en confiance, il leur réclamait des dossiers plus des sommes allant de 17 500 à 49 000 F CFA, représentant les frais de dépôt des dossiers. Une fois les dossiers et l’argent en main, il disparaissait de la circulation et devenait injoignable. Une perquisition à son domicile a permis de découvrir des diplômes appartenant à ses victimes.

« S’agissant du cas de vol avec effraction, le mode opératoire consistait à servir à manger ou à boire au vigile, en ajoutant un somnifère dans le repas ou la boisson. Il s’assure que le produit a convenablement agi avant de procéder nuitamment au vol. Il dit utiliser un ciseau avec lequel il découpe le toit en visant la position du comptoir qui lui sert d’appui pour se retrouver dans la salle de jeu. Une fois à l’intérieur, il vide les caisses. Au total, il a eu à emporter une somme de 200 000 francs », a expliqué le commissaire.

Au terme des enquêtes, plusieurs objets ont été saisis. Pour la première affaire, il s’agit d’un pistolet automatique et de son permis de port. Dans la seconde affaire, la police a pu mettre la main sur deux armes et des minutions factices, un vélomoteur de marque Yamaha KTM immatriculé 29ZE9165BF, deux téléphones portables, une attestation de succès au Brevet d’étude du premier cycle (BEPC), deux extraits d’acte de naissance, deux photocopies légalisées de la Carte nationale d’identité burkinabè, le reçu d’achat d’un vélomoteur de marque Yamaha, une carte bancaire, deux cartes nationales d’identité burkinabè ainsi qu’un carnet d’épargne appartenant à six victimes différentes.

Pour le commissaire principal de police Karim Dao, ces résultats ont été atteints grâce à la franche collaboration de la population à qui il a renouvelé sa gratitude tout en l’exhortant à maintenir cette dynamique avec les forces de défense et de sécurité.

Par ailleurs, il invite les gérants des boutiques et stations d’essence à plus de vigilance et à dénoncer tout comportement suspect qu’ils viendraient à constater aux numéros 16 ; 17 ; 1010. Il a saisi cette occasion également pour inviter ceux qui sont autorisés à porter les armes, à plus de vigilance et de précaution quant à la tenue de ces armes. Aux parents, il invite à plus de suivi à l’endroit de leurs enfants car, selon lui, de plus en plus, les étudiants et élèves sont interpellés par ses services pour des actes de grand banditisme.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter