Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Covid-19 dans les Hauts-Bassins : Le comité régional de gestion des épidémies (...)

Covid-19 dans les Hauts-Bassins : Le comité régional de gestion des épidémies invite la population à rester vigilante

LEFASO.NET

vendredi 26 juin 2020

Le Comité régional de gestion des épidémies de la région des Hauts-Bassins (CRGE-HB) a fait le compte rendu de la gestion de la maladie à coronavirus dans ladite région, le vendredi 26 juin 2020 à Bobo-Dioulasso. Le comité invite la population à redoubler de vigilance car la maladie est toujours présente.

Covid-19 dans les Hauts-Bassins : Le comité régional de gestion des épidémies invite la population à rester vigilante

En vue de rendre compte à la population de sa gestion du Covid-19, le Comité régional de gestion des épidémies de la région des Hauts-Bassins (CRGE-HB) a fait un compte rendu le vendredi 26 juin 2020 à Bobo-Dioulasso.
Les membres du comité ont fait un récapitulatif de la gestion depuis l’apparition du premier cas le 12 mai 2020 sur la mine Houndé, à ce jour vendredi 26 juin 2020.
En effet, suite à une accalmie de près de trois semaines au cours desquelles la région n’a enregistré aucun nouveau cas, de nouvelles contaminations sont apparues dès le 21 juin.

La région des Hauts-Bassins enregistre, à la date du vendredi 26 juin 2020, quatorze cas confirmés. Ce qui porte à 90 (62 hommes 28 femmes) le total des personnes testées positives depuis le 12 mars 2020, dont 68 guéris huit décès. Pour la répartition des cas, 51 cas étaient au niveau du district sanitaire Dô, 36 au district de Dafra et trois dans le district de Houndé. Parmi les présents cas, un est hospitalisé et treize suivis à domicile.

JPEG - 93.9 ko
Antoine Atiou Gouverneur de la région des Hauts-Bassins président du Comité Régional de Gestion des Epidémies de la Région des Hauts-Bassins

Selon le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, Antoine Atiou, président du CRGE-HB, cette hausse est due à des cas enregistrés dans une mine. Il a souligné que depuis le début de l’épidémie, le comité a travaillé d’arrache-pied pour que la maladie puisse être stoppée. Le comité a travaillé avec quelques partenaires dont les médias locaux qui ont contribué à la sensibilisation au point que beaucoup de personnes, même les enfants, connaissent aujourd’hui les gestes barrières. Le gouverneur a aussi remercié les opérateurs économiques sous l’égide de la Chambre de commerce de Bobo-Dioulasso, qui ont aidé à faire face à certaines difficultés.

Malgré les acquis, le comité redouble d’efforts dans la communication et la sensibilisation.
Les forces de sécurité joueront leur partition à travers des sorties pour sensibiliser en particulier les conducteurs de taxis-motos qui transportent très souvent un nombre exagéré de personnes. Les débits de boisson seront aussi touchés par les activités de sensibilisation.

Sur la question de la réouverture des frontières, en plus du dépistage systématique des voyageurs comme annoncé par le gouvernement, le comité envisage de prendre également des dispositions pour accompagner cette décision, notamment au niveau des trois principales frontières de la région des Hauts-Bassins.
En termes d’alerte, le gouverneur prévient que même si le nombre de cas n’est pas très alarmant, il faut beaucoup faire attention car ces cas peuvent rapidement se multiplier comme dans certains pays.

Selon Seydou Ouattara, directeur régional de la santé des Hauts-Bassins, pour l’instant, la situation de l’épidémie est sous contrôle dans la région, bien qu’il y ait eu l’apparition de nouveaux cas ces derniers temps. Le comité reçoit l’appui de l’OMS (Organisation mondiale de la santé), de Médecins sans frontières (MSF) et de la Croix-Rouge. Au centre de prise en charge Covid-19, le comité a offert des équipements et réalisé un forage et un incinérateur.

JPEG - 101.4 ko
Seydou Ouattara Directeur Régional de la Santé des Hauts-Bassins

Seydou Ouattara souligne également qu’ils sont en phase de passer de la surveillance passive (c’est-à-dire dépister ceux qui présentent des signes) à celle active (qui est automatique). Ainsi, à l’instar de Ouagadougou, cette surveillance active a commencé à Bobo-Dioulasso avec les agents de santé qui sont les plus exposés. Cette pratique concerne également les malades vulnérables tels que les dialysés.

Le directeur régional a également appelé à plus de vigilance car l’apparition des nouveaux cas montre que l’épidémie n’est pas finie. Et tant qu’une partie du pays enregistre des cas, les autres resteront exposées avec les mouvements des populations, surtout qu’il y a une baisse du respect des gestes barrières.
Le comité a en projet un centre de dépistage volontaire.

Haoua Touré
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter