Nous sommes le  

Accueil > Actualité > Cheick Amidou Ouédraogo, sélectionneur de l’équipe nationale de rugby du (...)

Cheick Amidou Ouédraogo, sélectionneur de l’équipe nationale de rugby du Burkina : « Avec un peu d’accompagnement, l’avenir du rugby s’annonce radieux »

LEFASO.NET

jeudi 26 août 2021

Le rugby est une discipline sportive peu connue au Burkina Faso. Si ce sport collectif est encore loin de détrôner le football, il fait cependant de plus en plus d’adeptes. Malgré les nombreuses difficultés que rencontre l’équipe nationale, elle a pu se qualifier dans le top huit africain aujourd’hui. Selon le sélectionneur Cheick Amidou Ouédraogo, « avec un peu d’accompagnement, l’avenir du rugby s’annonce radieux au Burkina Faso ».

Cheick Amidou Ouédraogo, sélectionneur de l’équipe nationale de rugby du Burkina : « Avec un peu d’accompagnement, l’avenir du rugby s’annonce radieux »

Le Burkina Faso va jouer pour la première fois, la Coupe d’Afrique des Nations de rugby en 2022. En effet, malgré leur lourde défaite face au Zimbabwe, l’une des meilleures équipes d’Afrique au rugby, les étalons rugby sont toujours dans la course pour les quarts de finale dont les huit pays qualifiés sont désormais connus. Il s’agit de l’Algérie, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Kenya, de la Namibie, de l’Ouganda, du Sénégal et du Zimbabwe.

Selon le sélectionneur de l’équipe nationale de rugby, Cheick Amidou Ouédraogo, plusieurs facteurs ont conduit à cette défaite et notamment à cet écart au niveau du score (101 à 03). Il a reconnu que même si l’équipe burkinabè n’avait pas de chance de gagner le match face au Zimbabwe, « si elle s’était bien préparée, elle pouvait réduire considérablement cet écart de score », a-t-il dit.

JPEG - 83.3 ko
Photo de famille de l’équipe nationale de rugby (photo d’illustration)

Avant de poursuivre : « Le Zimbabwe fait partie des grandes nations du rugby africain. Et le Burkina est une jeune nation. Le pays vient d’être affilié à la World rugby et c’est ce qui nous a permis de jouer contre les grandes nations. Avec notre affiliation, nous étions classés parmi les 20 premières équipes africaines. Ainsi, aux éliminatoires qui se sont déroulés au Burkina, nous avons pu battre le Burundi et le Cameroun. Ce qui nous a permis de nous qualifier parmi les 12 meilleures équipes du continent. C’est ainsi que nous avons croisé le Zimbabwe et la Tunisie.

Il faut noter que le Zimbabwe est dans le top deux africain, donc forcément il y avait un écart conséquent. L’équipe burkinabè a rencontré beaucoup de difficultés liées au report du tournoi. Cela a occasionné l’absence de plusieurs joueurs titulaires au sein de l’équipe. Et comme le match n’était pas encore sûr, nous n’avons pas pu faire de regroupement, donc on n’a pas eu une bonne préparation. C’est ce qui nous a donné ce résultat que nous avons déploré aussi. L’équipe du Zimbabwe pouvait nous battre, mais la manière de nous battre était due à notre mauvaise préparation », a expliqué Cheick Ouédraogo.

Un grand exploit pour l’équipe nationale de rugby

Il a par ailleurs exprimé sa joie face à cette qualification de l’équipe nationale pour la Coupe d’Afrique des Nations qui va se jouer l’année prochaine. Il estime ainsi que cette victoire est un grand exploit pour l’équipe nationale. « Même si les gens ne peuvent pas trop comprendre. Le Burkina fait partie aujourd’hui du top huit africain. Je pense qu’une jeune nation comme le Burkina dans le top huit mérite d’être accompagnée », a-t-il indiqué. C’est pourquoi, il a lancé un appel à tous les partenaires, aux fils et aux filles du pays, afin qu’ils voient les efforts des acteurs du rugby qui se battent au quotidien pour le rayonnement de cette discipline sportive au Burkina.

JPEG - 69 ko
Cheick Ouédraogo plaide pour un accompagnement de l’équipe nationale de rugby

« De façon sincère, le rugby a de l’avenir au Burkina surtout quand on voit les potentialités que le pays a aujourd’hui. Nous avons beaucoup de bras valides qui peuvent jouer au rugby. Si le rugby est accompagné, nous pouvons mieux faire que ça », s’est-il convaincu. Avant de plaider pour des infrastructures de qualité afin de permettre l’entrainement des équipes. Aussi, il a déploré le manque d’équipements et de formations. « Avec la fédération et notre ministère de tutelle, les choses commencent à prendre mais nous avons toujours besoin de l’aide de tout le monde », a plaidé Cheick Ouédraogo.

Pour la Coupe d’Afrique des Nations, le Burkina Faso sera face à la Namibie qui est le top un du rugby africain. « C’est un gros morceau qui nous attend et cette fois, nous allons travailler pour rehausser l’image du rugby burkinabè », a promis le sélectionneur de l’équipe nationale ; qui a réitéré son appel pour un accompagnement conséquent de la fédération pour la victoire du rugby au Burkina Faso. « Il faut que la population burkinabè nous fasse confiance aussi et qu’elle continue de croire en nous et à notre potentiel, car nous avons besoin de soutien pour continuer nos efforts », a-t-il conclu.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Météo
Bobo-Dioulasso
Inconnu, Humididté : %
Max : °C
Min : °C

°C
Inconnu
Newsletter
Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité
du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter