Jubilé d’albâtre des Frères des écoles chrétiennes : Une messe d’action de grâce pour clore les festivités

Publié le dimanche 19 mai 2024 à 16h01min

PARTAGER :                          
Jubilé d’albâtre des Frères des écoles chrétiennes : Une messe d’action de grâce pour clore les festivités

L’année jubilaire des 75 ans des Frères des écoles chrétiennes au Burkina Faso s’est achevée ce samedi 18 mai 2024 à Bobo-Dioulasso, avec une messe d’action de grâce à Dieu. Cette célébration a été présidée par Mgr Lucas Kalfa Sanou, évêque de Banfora. Elle a aussi connu la présence des évêques de Dori et de Diébougou, ainsi que la présence de l’archevêque métropolitain de Bobo-Dioulasso, Paul Yembouaro Ouédraogo.

C’est la ville de Bobo-Dioulasso qui a accueilli la grande messe marquant la clôture des activités entrant dans le cadre de la commémoration du jubilé d’albâtre des Frères des écoles chrétiennes au Burkina. Cette messe a été célébrée à la cathédrale Notre-Dame de Lourdes. Entre chants, louanges et adorations, les fidèles catholiques n’ont pas manqué de rendre grâce à Dieu pour ces 75 ans de mission éducative.

Les fidèles catholiques ont pris d’assaut la cathédrale pour la messe d’action de grâce à Dieu.

En effet, les activités de clôture du jubilé d’albâtre des Frères des écoles chrétiennes ont débuté le 11 mai dernier et se sont poursuivies jusqu’au 18 mai 2024. Durant une semaine, plusieurs activités ont été menées, notamment des activités sportives, culturelles et académiques. À cela s’ajoute la journée de réflexion sur « l’apport de l’école lasallienne à la formation du citoyen au Burkina Faso ». Pour clore les festivités en beauté, les Lasalliens ont décidé de cette célébration eucharistique pour rendre grâce à Dieu et lui confier les projets à venir et les défis à relever.

L’évangile de cette célébration était tiré du livre de Saint Mathieu. Selon Mgr Lucas Kalfa Sanou, à travers ce passage du livre saint, Jésus invite les fidèles à être des petits enfants. « L’évangile du jour s’adresse à tout le monde (…). Nous sommes tous des enfants de Dieu et c’est sûr qu’en vivant dans cet esprit, nous aurons la paix dans notre pays, nous allons pouvoir vivre dans la cohésion et vivre dans l’amour de Dieu », a-t-il souligné dans son homélie.

Mgr Lucas Kalfa Sanou a rendu grâce à Dieu pour ses bienfaits.

Son message était aussi axé sur la reconnaissance et la gratitude envers les écoles lasalliennes. Mgr Lucas Kalfa Sanou a fait savoir que l’éducation est la base de tout développement. C’est pourquoi il a félicité les Frères des écoles chrétiennes pour ce qu’ils ont pu faire au Burkina et espère que cela va continuer à tous les niveaux pour que le pays puisse être émergent. Tout au long de cette célébration, la vie de Jean-Baptiste de la Salle a été prise en exemple. Selon le célébrant, Jean-Baptiste de la Salle était un charismatique engagé dans l’éducation des enfants et de la jeunesse, surtout les couches les plus vulnérables. « C’est ainsi que l’église l’a proclamé grand patron de l’éducation chrétienne. Il a commencé avec les enfants des pauvres parce qu’il voulait une éducation de valeur pour ces enfants », a témoigné Mgr Lucas Kalfa Sanou.

La procession d’entrée des pasteurs de l’église pour la célébration eucharistique.

Hommes, femmes, enfants, acteurs de l’église catholique, personne n’a voulu se faire conter cette célébration eucharistique. Une occasion pour eux de rendre grâce à Dieu pour ses bienfaits. Pour le parrain de ce jubilé d’albâtre, Armand Badiel, par ailleurs directeur national de la BCEAO pour le Burkina Faso, cette célébration est une occasion de rendre grâce à Dieu pour les merveilles accomplies dans la vie de milliers de jeunes filles et garçons au Burkina et ailleurs, durant ces 75 années écoulées.
Pour lui, après 75 ans de mission, il était plus que nécessaire de faire une halte pour évaluer le parcours et voir comment envisager l’avenir.

Le parrain de ce jubilé d’albâtre, Armand Badiel, par ailleurs directeur national de la BCEAO pour le Burkina Faso.

Il a affirmé que les élèves des écoles lasalliennes sont issus majoritairement de milieux modestes. « Mais grâce à l’enseignement, la formation et l’éducation reçus conformément au charisme de Saint Jean-Baptiste de la Salle, ces anciens élèves occupent des postes de responsabilité aujourd’hui. C’est une école qui prépare à la vie. Au-delà de l’enseignement et de l’apprentissage dont nous avons bénéficié, nous avons reçu une éducation de l’homme intégral. C’est-à-dire, l’homme qui va au-delà de la mémorisation pour se donner des capacités pour être un citoyen actif, capable d’aider la nation à aller de l’avant », a-t-il laissé entendre.

Les fidèles ont communié au corps du Christ.

Le parrain a par ailleurs indiqué que c’était un devoir pour lui de parrainer cet évènement car il estime que les écoles lasalliennes lui ont apporté un plus dans sa formation éducative et humaine. Pour le frère visiteur du district lasallien d’Afrique de l’Ouest, Frère Rodrigue Toeppen, la chose la plus importante à retenir de cette commémoration du jubilé d’albâtre, c’est l’action de grâce. « Nous sommes là pour rendre grâce à Dieu pour ce qu’il a fait pour son peuple depuis 1948, parce que l’éducation donnée par les frères est une éducation que beaucoup de diocèses et de pays recherchent. Nous voulons, à travers cette clôture, non seulement rendre grâce à Dieu mais aussi envisager l’avenir avec des innovations pédagogiques », a-t-il dit.

Le frère visiteur du district lasallien d’Afrique de l’Ouest, Frère Rodrigue Toeppen.

Aussi, il reconnaît en Jean-Baptiste de la Salle le « pionnier de l’enseignement car il a mis des documents pédagogiques qui aident aujourd’hui dans l’enseignement ». Un partage de repas fraternel a mis fin à cette célébration dans la cour du collège de « Tounouma garçon ».

La photo de famille des Frères lasalliens.

Romuald Dofini
Lefaso.net

PARTAGER :                          
 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique